UNESCO : Les 1èresL avec le Défenseur des Droits : Jacques Toubon

Suite à notre mise en scène du procès d’un navire négrier au début XIX ème à Quimper,et dans le cadre de notre projet Unesco sur ‘les non-dits de l’esclavage hier et aujourd’hui’, nous nous sommes rendus à Paris le jeudi suivant afin d’assister à une conférence de Jacques Toubon, Défenseur des droits en France. Nous avons eu l’occasion de visiter l’Assemblée Nationale, lieux de débats et de promulgation des lois. Par la suite nous avons dîné en compagnie de la coordonnatrice nationale des écoles associées à l’Unesco, Hélène Mouty.

Naomie, Margot & Camille

Ce fut une journée complète, pour nous, quatre jeunes étudiants et leur professeur, Madame Hélias.
Avant cette conférence, nous avons visité le palais Bourbon. Nous avons pu découvrir les magnifiques bâtiments qui abritent l’Assemblée Nationale. La visite de l’Assemblée Nationale était l’étape que j’attendais avec impatience ..Nous avons marché dans les bureaux, la bibliothèque et la salle de réunion des députés.

Une expérience unique ! Découvrir ce lieux datant du XVIII siècle me tenait à cœur. Ainsi, je n’ai pas été déçue ! J’ai été impressionnée par cet édifice et ses nombreuses pièces, pleines d’histoire. Autre fois le Palais Bourbon était une demeure aristocratique, construite par Louise Françoise de Bourbon, fille de Louis XIV et de Madame de Montespan. Chaque pièce était tout aussi intéressante que la précédente. L’ampleur du Palais Bourbon et son histoire m’a fascinée. Par la suite nous avons eu la chance de voir le Parlement et ses sièges en velours que l’on aperçoit généralement à la télévision. Notre visite c’est finie en beauté par la visite de la bibliothèque de l’Assemblée Nationale. J’en suis restée bouche bée, elle était magnifique. Je n’avais jamais vu une bibliothèque aussi vieille et moderne par la même occasion. Je ne voulais plus quitter ce lieux aux allures magiques. Tous les députés ont accès à cette sublime bibliothèque pour travailler. Je ne voulais plus la quitter...

Nous avons rencontré d’autres jeunes très investis avec lesquels nous sommes allés à la conférence. Jacques Toubon, Défenseur des Droits, ( depuis 2014). La thématique de la conférence était : « Le défenseur des droits, ses actions contre la discrimination et la lutte contre le racisme. » Conférence qui se tenait d’ailleurs dans le cadre de la semaine des droits contre le racisme et l’antisémitisme
La conférence s’est déroulée en deux parties. Tout d’abord monsieur TOUBON nous a expliqué quelles étaient ses missions, pour ensuite laisser place à un échange avec le public.
Cette rencontre nous a permis de mieux cerner les missions de cet homme : agir dans les relations entre usagers et service public, agir pour le droit des enfants, agir pour la déontologie de la sécurité, et enfin agir contre la discrimination.L’ancien ministre de la culture a premièrement expliqué brièvement que 80% de son activité se concentrait sur les actions concernant les relations entre les usagers et les services publics.
Il a ensuite évoqué les activité relatives aux droits des enfants, en citant bien entendu la convention internationale des droits de l’enfant, appliquée en 1990 et adoptée par de nombreux pays. Cette convention oblige à prendre en charge les enfants mineurs, en France, trois-cent mille enfants sont en aide sociale, dont la moitié en foyer d’accueil.
Troisièmement, son activité se base aussi sur la déontologie de la sécurité, il a évoqué l’affaire Théo ainsi que les contrôles d’identité qui sont 7% plus fréquent si vous êtes un jeune entre 18 et 24 ans maghrébin, arabes ou noir. Son but est de réduire tout ceci au maximum.
Le dernier point abordé par monsieur TOUBON fut celui de la discrimination, qui selon lui, reste très présente en France. Mais pas seulement sous forme de discrimination raciale, la discrimination des femmes au travail ainsi que des personnes en situations de handicap : « La France n’a pas la culture de l’inclusion des personnes handicapées. » en rajoutant que nous avons tout de même fait quelques progrès ; dix ans plus tôt (presque) aucune personne en situation de handicap n’était scolarisée si ce n’est en établissement spécialisé. Aujourd’hui, plus de 300 000 le sont, « ce qui est un progrès indiscutable ». Il conclut cette partie en disant au public que « On peut créer un société dans laquelle il y a beaucoup moins de discrimination qu’aujourd’hui » et que « le fait de lutter contre la discrimination c’est un progrès ».

Quelques questions ont ensuite été posées ;
La première à se lancer fut une élève du lycée Franco-Allemand de Versailles : « Avec combien de personnes travaillez-vous ? ».
« Je travaille avec 250 personnes, place Fontenou à paris dont 180 experts juristes.
Mais il est également épaulé par 470 délégués de métropoles et outre mer (dont 9 dans le Finistère) qui sont des bénévoles »

A la question de Margaux, 21ans : « Selon vous, quelle est la société ou le pays qui défend au mieux les droits de ses concitoyens ? »
Monsieur Toubon a tout simplement répondu que ceci était difficile à dire et que « la culture des droits n’est pas donnée à tout le monde ».

Puis, pour finir, deux élèves de seconde du lycée de Versailles ont posé leur questions également ;
« Quel a été l’élément déclencheur de la création du poste du défenseur des droits ? »
Lors du mandat de Nicolas Sarkozy ils ont étudié les modifications pour améliorer le régime constitutionnel de la France et le premier défenseur des droits fut Dominique Paedis en 2011.

« Faites-vous de la prévention contre le racisme ? »
« Oui bien- sûr, nous avons une association au service de l’État qui mène des campagnes de sensibilisation » Monsieur TOUBON a également parlé de loi du 24 Juillet 1989 relative à la protection des mineurs.

Nous avons également pu parler de l’éducation , à propos de laquelle il a énoncé une phrase remarquable : « C’est dans l’éducation que se fait l’auto-évaluation des préjugés ». Jacques Toubon a conclu son discours en disant que le seul progrès que l’on pouvait réaliser était de nous projeter vers l’avant.
Une belle phrase qui a conclu notre magnifique excursion à Paris que nous sommes loin d’oublier.

Cette conférence qui s’est passée dans le plus grand calme a semblé plaire à tout le monde, les élèves en sont sortis plus riches et avec sûrement plus de questions à venir.

Publié le : dimanche 23 avril 2017

LE LIKès | La Salle - Quimper

20, Place de la Tourbie - 29196 QUIMPER Cédex
Tél. 02 98 95 04 86 - Fax 02 98 95 06 24

Contact | Plan du site | Mentions légales

suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter

une création : www.studioentete.com