UNESCO : Les 1èresL re-jugent un capitaine négrier

Dans le cadre du projet UNESCO, ‘Les non-dits de l’esclavage hier et aujourd’hui’, la classe de première L et quelques correspondants Hollandais présents pour l’échange annuel avec le lycée Christellijk Gymnasium d’Utrecht, ont traversé le temps en mettant en scène un procès négrier au Likès à Quimper, s’inspirant d’une affaire réelle mise à jour grâce aux recherches et au travail de Annick Le Douget.

Article rédigé en séance par les correspondants de presse, Loanne et Eva :

Journal le Quimpérois, 4 Novembre 1830, Le procès de pirates esclavagistes de nègres

<< Émile Vincent, capitaine du navire La Coquette, et son second Juron sont tous deux accusés de séquestration et retenue d’homme dans des conditions désastreuses dans le fond de leur calle de bateau, de faux et usage de faux, de trafic d’hommes, de refus d’obtempérer et de démultiplication d’identité. Durant la première partie du procès qui a eu lieu à Brest, ils ont également été accusés de crime de piraterie.

Après avoir fait un tour de salle pour rappeler l’identité des personnes présentes au procès, les juges ont retracé les faits, avant de citer un ou deux chefs d’accusations. La parole a ensuite été donnée à l’accusation qui a mentionné pas moins de 6 chefs d’accusation contre le capitaine et son second. La défense a immédiatement pris la parole pour défendre ses clients avec des arguments qui n’ont pas semblé convaincre beaucoup de monde à leur énonciation, hormis le capitaine du navire hollandais, qui a été convié pour donner son avis sur la culpabilité d’Emile Vincent, ainsi qu’une jurée. Emile Vincent a plaidé non coupable car il pensait qu’il « apportait la civilisation a plus de 200 personnes », il « leur faisait visiter le monde »,, « leur donnait accès à une religion supérieure », « les sauvait d’un roi aux méthodes atroces qui les égorgeait ».

« Mieux vaut être esclave plutôt que de se faire égorger non ? »

Il a aussi déclaré que « les esclaves devaient s’estimer heureux d’être logés et nourris gratuitement.!!

L’énoncé du délibéré a montré un partage des responsabilités . Si la moitié des jurés condamnait le capitaine Emile Vincent, l’autre moitié voulait voir juger le roi du village africain coupable de rapts , de traite humaine et de meutres atroces pour la seule raison du profit ...
Un renvoi au Tribunal Pénal International de La Haye ?

PDF - 2.5 Mo

PDF - 2.1 Mo

Publié le : dimanche 23 avril 2017

LE LIKès | La Salle - Quimper

20, Place de la Tourbie - 29196 QUIMPER Cédex
Tél. 02 98 95 04 86 - Fax 02 98 95 06 24

Contact | Plan du site | Mentions légales

suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter

une création : www.studioentete.com